Skappy du 18/08/16

Elle est insidieuse. D’aucuns diront même qu’elle est invisible. Cette pression au travail qui vient de nous a tendance à passer inaperçue, totalement occultée par la pression qui vient des autres, tous ces autres : les collègues, les clients, les fournisseurs, les supérieurs hiérarchiques, le public lorsque l’on a affaire à lui, le banquier, le comptable, le fisc, le voisin, l’employeur ou l’employé, l’associé, le stagiaire, l’assureur. Là tout d’un coup, toutes les configurations sont envisageables. On arrive à repérer les petites phrases agressives, les coups de gueule, les regards assassins, fuyants ou appuyés voire les brimades. On arrive à se dire que si on se sent si mal au travail, c’est naturellement de la faute des autres et de la société.

Pour lire l'intégralité de l'article, cliquez ici.